BENVINDOS AO SITE DOS AMIGOS DA BEATA ALEXANDRINA

     

ARCHIDIOCÈSE DE BRAGA


PROCÈS INFORMATIF DIOCÉSAIN

ALEXANDRINA MARIA DA COSTA

TÉMOINS

R. P. Olavo Teixeira Martins

Témoignage n° 30

 

– Prêtre spiritain, le père Olavo Teixeira Martins, visita la servante de Dieu de nombreuses fois. Il a sur les vertus d’Alexandrina, une idée bien arrêtée.

Sur l’humilité

Son humilité a exercée sur moi, dès le moment où je l'ai connue, une impression très forte et profonde. Elle se considérait indigne et inutile, et ceci sans la moindre hypocrisie.

Quand ont lui adressait des éloges, elle avait le soin de les offrir à la gloire de Dieu. Bien qu'elle en ressentait le mépris, elle montrait son bonheur de souffrir pour l'amour de Dieu.

Je n'ai jamais remarqué en elle la moindre obstination ni entêtement à vouloir garder envers et contre tous sa façon de voir les choses. Elle a été toujours constante dans cette vertu. De ceci j'en ai été le témoin, c'est pour cela que je l'affirme.

Sa chasteté

La Servante de Dieu a toujours observé la chasteté.

Tout en elle embaumait la virginité, sans hypocrisie. La pratique de cette vertu était en elle si naturelle, que les efforts pour la sauvegarder n'étaient même pas évidents. Elle vivait la chasteté dans le sens évangélique, c'est à dire, de consécration à Dieu. Jamais elle ne manifesta des tendances sexuelles. Elle a été toujours très modeste, grave et délicate dans les conversations sur cette vertu.

J'ignore tout à fait si elle a été tentée quelques fois sur cette vertu.

En outre, je n'ai jamais entendu parler qu'entre elle et n'importe lequel de ses confesseurs ou directeurs spirituels il ait existé une sorte de jalousie et non plus qu'elle ait été la cause de jalousie chez d'autres.

Charismes divers

Autant que je pus l'observer, elle fut dotée de charismes divers, dont celui de la vision, celui aussi de la prophétie et, je le pense, celui du connaissance des cœurs, à une ou deux reprises.

J'entendis dire que la servante de Dieu expérimenta en elle la Passion. Toutefois je n'assistai jamais à ce phénomène.

Depuis que je la connus, je peux affirmer qu'elle vécut toujours en complète abstinence, non pas par une décision personnelle, mais par répugnance et impossibilité physique, reconnue par le médecin. Je peux affirmer l’existence chez elle de ces dons particuliers, lesquels lui restèrent jusqu'à sa mort.

Jamais elle ne parlait de ces dons. Elle se limita, par obéissance envers son directeur spirituel, à dicter les colloques qu'elle avait lors des extases.

Son attitude, par rapport à ces dons, était comme si elle ne les avaient pas. Cela ne lui plaisait pas d'être considérée ou mise en-avant, à cause justement de ceux-ci. Les événements étaient à la fois si élevés et si simples, qu'il était impossible de les inventer ou même de les confondre avec d'autres états pathologiques.

 

 

PARA QUALQUER SUGESTÃO OU INFORMAÇÃO